Le massage en entreprise en quelques mots

La question du toucher à visée bienveillante dans le milieu de l’entreprise ou du travail, se pose et mérite d’être posée.

A l’ORIGINE

Dans notre culture judéochrétienne, dans notre système éducatif, dans toutes les phases de l’apprentissage, le toucher est bien trop peu abordé ou alors ciblé uniquement sur les phases de la petite enfance.

Le bébé, l’enfant, avant de pouvoir s’exprimer oralement, échange avec ses pairs ou ceux qui l’éduquent avec le toucher. Avant de savoir parler, nous apprenons à toucher. Le développement de la kinesthésie va permettre à l’enfant d’affiner ses perceptions, sa sensibilité, ses sensations, de construire sa personnalité en établissant des relations.

Il est étonnant de constater que dès l’entrée à l’école, l’attention portée au toucher soit quasiment absente. Pourtant, ce sens reste notre essence, il est fondamental jusqu’à la fin de notre vie.

UN BESOIN

Nous avons besoin d’être touchés, car le toucher recèle un autre pouvoir que les mots. Notre peau est un grand capteur pour qui le toucher est apaisant et source de plaisir. Nous sommes des êtres vivants et secrétons des hormones dont l’ocytocine qui est libérée dans le corps quand le toucher est assimilé à du plaisir (dont l’origine n’est pas forcément sexuelle). Son action est importante, retenons de cette hormone qu’elle renforce le lien social, en diminuant les sentiments de peur de l’autre, le stress ce qui favorise la relation de confiance à l’autre.
Des tests sont actuellement en cours notamment pour les personnes autistes ou souffrant de phobie sociale.

Combien de personnes se plaignent de ne pas être touchées ! Que ce soit dans les diverses structures hospitalières, les EHPAD, alors qu’il y a tant de propositions à faire !

RELATION

Le toucher est un domaine vaste qui aborde beaucoup de questions cruciales inhérentes à la relation humaine. Mal utilisé, il peut être destructeur, violent et douloureux. Les faits rapportés depuis quelques années, qui émaillent notre quotidien, et les heureuses et diverses mobilisations consécutives à ceuxci le prouvent.

Ne pas savoir toucher ou toucher sans que cela soit consenti, conduit à de la maladresse, des débordements inexcusables, des passages à l’acte d’une rare violence, notamment à l’encontre des femmes ou des enfants ; probablement aussi chez les hommes même si la question semble plus taboue.

Pourtant, il est indispensable de continuer son éducation en matière de toucher, de faire mûrir ce merveilleux sens qui nous est offert. En effet que deviendrait notre humanité si nous ne nous touchions plus ? Nous pouvons en apercevoir les prémices avec la pandémie que nous vivons actuellement et cette expression qui est devenue un leitmotiv quotidien : « Gestes barrières ».

RESSOURCE INFINIE

Le toucher est un sens évolutif, il ne cesse de se développer. Si nous apprenons à lui faire confiance, il nous donnera des informations justes et des réactions adaptées. Le toucher appartient à l’intuition, il l’incarne totalement et nous permet d’ouvrir un champ d’empathie simple à ressentir et tellement juste !

La relation qu’induit un toucher consentant et bienveillant ouvre tout un champ relationnel d’exception.

CONSENTEMENT

Le toucher bienveillant permet d’oser exprimer ses limites, de faire part de son appréciation
et de son ressenti, de trouver les mots justes, de réfléchir à l’intention lorsque l’on souhaite
rentrer en contact physique avec l’autre.

Il s’agit d’écrire une histoire ensemble dont les différents chapitres sont fondamentaux pour bien vivre sa relation à autrui, la guider vers une relation authentique, aidante, régénératrice et bienveillante.

 

Faciliter le bien-être et le toucher bienveillant en entreprise

Accompagner la gestion du stress en entreprise

Favoriser la mise en relation au sein de l’équipe

Soutenir ses collègues grâce au toucher

 

Autant d’approches et de techniques à travers des formations-actions sur site, adaptables en fonction des objectifs et besoins de votre établissement et entreprise